Deux options !

Publié le par paroisses Sante Agathe

Homélie du lundi de Pâques. (Abbé Emmanuel)

 

De deux choses l’une :

·        Ou bien Jésus Christ n’est PAS ressuscité ! Dans ce cas, il aurait été un homme, certes génial et extraordinaire, mais un homme tout de même, juste un homme, simplement un être humain… Dans ce cas précis, notre foi serait une vaste supercherie ou une technique manipulatoire. Elle aurait été fabriquée de toute pièce par des hommes sans crupule, des gourous en mal de reconnaissance... Notre Dieu serait une invention humaine. Et nous-mêmes, chétiens, nous serions vraiment de très gros naïfs !!!

 ·        Ou alors, deuxième possibilité, Jésus Christ est bel et bien ressuscité !Dans ce cas, il est vraiment le fils du Dieu Père dont l’Esprit Saint, souffle d’amour, le tire de la mort, le rend VAINQUEUR de la mort, donc de toutes les sortes de mal et de souffrance. Tout en restant homme comme chacun d’entre nous, Jésus Christ choisit de rester arrimé à son Père des cieux et de lui faire confiance, alors que la Croix le tentait pour faire étalage de sa toute puissance divine afin d’échapper à l’humiliation, à la souffrance et à la mort. Et là, nous autres chrétiens devenons les héritiers d’une sacrée espérance de vie et de solidarité !

 Alors, qu’est-ce que nous choisissons ce matin ?

C’est sûr que dans le secret de notre cœur, nous avons peut-être du mal à faire confiance sans condition. C’est tellement énorme ce que Dieu nous offre !!!...

Rassurons-nous : Jésus, lui aussi, est passé par là ! C’est ce qu’on appelle l’épreuve de la nuit de la foi, l’épreuve du doute et de l’incroyance ! C’est vrai qu’il n’est pas facile de croire quand on est dans l’échec et qu’on n’arrive pas à s’en sortir.

  C’est précisément parce que Jésus consent librement et par amour, à assumer le drame de la Passion et de la Croix et de la MORT, qu’il devient capable, par sa foi et son amour d’homme, de nous sauver de notre mal en tant que Fils de Dieu.

Est-ce que nous acceptons de choisir de vivre en communion avec ce Dieu là ?

Est-ce que nous sommes prêts à renoncer à inventer notre petit Dieu sur mesure ?

Est-ce que nous sommes prêts à l’accueillir comme notre frère sur notre route quotidienne, et en même temps, comme le Sauveur qui nous relève de tous nos échecs et de toutes nos morts ?

Que l’Esprit Saint qui anime sans cesse l’Eglise nous conduise à mettre notre confiance et notre foi dans celles de Jésus. Ainsi, nous aussi, nous pourrons choisir de nous laisser sauver par le Vivant et nous deviendrons des disciples remplis d’espérance pour que sa VIE triomphe partout en nous et dans notre monde.                                          

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article