la foi et les lois...

Publié le par paroisses Sante Agathe

croix JMJ 1homélie du 11ème dimanche ordinaire - Année C

 

              Ne vous êtes-vous jamais demandez pourquoi nous avons tant de lois ? Toutes les lois sont les conséquences d’un problème qui demande une solution. Parcourez, si vous avez le temps le code civil et vous pourrez relier chaque loi à des litiges qui existent ou qui ont existés. L’être humain a besoin d’un cadre dans lequel il peut évoluer. Les lois et les réglementations sont ce cadre. Et quand quelqu’un outrepasse ce cadre nous en demandons justice !

                Quand, dans l’Evangile, les scribes, cherchant à mettre à mal Jésus, l’interpellent sur la permission de répudier sa femme pour certaines causes, Jésus répondra que si Moïse a permis une telle loi c’est à cause de l’endurcissement de notre cœur.

                Nous sommes attachés aux lois, et nos veillons à ce qu’elles soient respectées. Dans la 1èrelecture, le roi David use de ses prérogatives de monarque pour envoyer au plus fort de la bataille Ourias, le mari de la femme avec laquelle il vient d’engendrer un enfant. David cache derrière la loi son manquement grave à la fidélité. Et c’est par le sang répandu qu’il cache, aux yeux de tous, son adultère.

                St Paul, dans la 2ndlecture, a été le commanditaire des pires méfaits et ceci dans le  respect de la loi. Avant sa conversion sur le chemin de Damas, Paul, met à mort les chrétiens impies qui ne se soumettent pas aux lois de la religion juive. C’est avec zèle qu’il accomplit son métier, faire respecter la loi… Les actes des Apôtres relatent la férocité avec laquelle Paul met à mort les chrétiens et notamment le premier martyr de l’Eglise : Etienne.

                Il est clair que les lois sont la base et le cadre dans lesquelles nous pouvons vivre. Les lois réglementent la vie de tous les jours, les échanges professionnels, commerciaux,… mais ne sont-elles pas le résultat de nos difficultés de vivre ensemble ?

                Dans l’Evangile entendu ce matin, La loi ne permet pas à Simon de se réjouir de l’accueil et du pardon fait à cette femme pécheresse. La loi de Moïse, emmure Simon et ses invités dans le permis et défendu, dans le pure et l’impure ! Le soi-disant respect de la loi, tient l’homme loin de la compassion. Il est des manières d’être fidèle aux lois humaines ou religieuses qui condamnent et excluent ceux, qui consciemment ou pas, ont commis un méfait regrettable.   

                David, Paul ou la femme pécheresse font l’expérience de se rejet des hommes respectueux des lois… mais aucun de ces trois personnages ne connaissent la condamnation définitive de la part de Dieu. Alors que l’homme juge et retient l’offense, Dieu juge et remet l’offense. Alors que l’homme condamne sans appel, Dieu remet debout et appelle  aux changements.

                La loi pour Dieu est appel à choisir la vie et à s’écarter du mal et de la mort. Cet appel de Dieu adressé à l’homme est écrit dès le début de l’histoire Sainte. Ainsi dans le livre du Deutéronome au chapitre 30, Dieu s’adresse à nous en disant : « Je te propose de choisir entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance ». Au cœur de notre relation à Dieu il y a notre liberté personnelle, c’est-à-dire notre capacité à choisir le bien ou le mal. Et dans ce cadre là, les lois sont pour nous des panneaux directionnels qui devraient nous aider à poser le choix du bien, de la vie !

                Malheureusement, il n’est pas toujours vrai. La loi peut nous mener à commettre des choses regrettables. Les textes de la Parole de Dieu en sont une preuve assez forte. Le roi David commet le meurtre d’Ourias pour cacher son infamie. Paul parcours toute la Palestine pour mettre à mort les chrétiens hérétiques. Simon condamne la femme pécheresse et par là même Jésus qui se laisse toucher par elle. Dans l’histoire de notre nature humaine, beaucoup d’exemples peuvent être cités… Des lois nous poussent à commettre des actes irrépréhensibles moralement… Que dire des gens qui ont appliqués les lois anti-juives en France et ailleurs… que dire de tous ceux et celles qui sont obligés d’appliquer les lois contre leur conscience profonde ?

                    Ce n’est pas la loi qui nous sauvera ! Ce n’est pas parce que je respecte les lois et les préceptes de l’Eglise que je serai sauvé ! Souvenez-vous de l’épisode du jeune homme riche ! Cet homme est irréprochable ! Depuis sa plus tendre enfance il a tout respecté. La loi de Moïse est devenue sa manière de vivre. Mais quand Jésus lui propose de tout laisser de coté et de le suivre… Il comprend alors que tous ses efforts, même si sa vie est droite, n’est pas encore sauvée ! C’est pour cela qu’il s’en va tout triste.

                De la même manière, frères et sœurs, ce n’est parce que nous sommes irréprochables dans notre pratique religieuse, messe tous les dimanches, poisson les vendredis, confession avant les grandes fêtes, et aux prescriptions… que nous sommes sauvés pour autant…

                Au cœur des textes de la Paroles de Dieu de ce jour, il y a le fait que Dieu pardonne, Dieu remet debout, Dieu redonne une identité, Dieu redit sa confiance et son espérance aux hommes, aux hommes qui reconnaissent leur mal, leur péché et en ressentent le remord.

                Laissons de coté le roi David et St Paul et attachons nous à la femme pécheresse de l’Evangile. C’est dans la conscience de son mal, c’est dans la douleur de sa culpabilité qu’elle brave les interdits et ose se jeter au pied de Jésus. Si elle en était resté aux lois jamais elle n’aurait rencontré, touché Jésus. C’est en reconnaissant Jésus comme SAUVEUR qu’elle ose dépasser l’interdit ainsi que les condamnations hâtives des autres.

                La Parole que Jésus prononcée est limpide : « Va, ta foi t’a sauvée ! ». C’est dans l’acte de foi, reconnaissant Jésus comme le Sauveur, que la femme pécheresse est pardonnée de son mal.

                Frères et sœurs, depuis les premiers temps l’Eglise nous interpelle, elle nous invite à la foi… c’est-à-dire à une réponse libre, personnelle et responsable à la Présence de Dieu ! Seule notre réponse fera que Dieu renouvèlera, sauvera nos pauvres et fragiles vies. Quand je dis réponse libre, personnelle et responsable, je ne veux pas dire une pratique rigoureuse ou pas de la religion et de ses lois liturgiques ou morales… je dis bien une REPONSE qui vient de mon cœur et de mon intelligence… comme celle de l’Apôtre Pierre qui répond à Jésus : « Tu es le Fils du Dieu vivant ! ».

                Nous pouvons être de ceux qui restent à l’observance de la loi, de ceux qui jugent les autres à leur pratique de la loi… mais je peux aussi être de ceux qui comme le roi David, St Paul ou la femme pécheresse qui engagent leur vie et savent que la foi en Jésus Christ les sauve et les remet debout.

                Amen +

 

 

               

 

               

 

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article